En passant

Tous les endroits sont bons pour faire des rencontres. Tous. Sans exception.

Flirting.jpg

Le vrai problème qui se dresse devant nous lorsqu’on se sent prêt à faire des rencontres se résume souvent par une grande question: Mais où dois-je aller pour rencontrer un partenaire potentiel? Ma réponse est fort simple: Partout. Il ne suffit que de sortir de chez soi pour que tout soit permis.

À titre d’exemple, dans ma vie j’ai rencontré des futures conjointes lors de voyages, en participant à divers événements, lors d’une pratique sportive, pendant un spectacle, dans un café, lors d’une soirée karaoké, dans un marché, dans le métro, chez des amis, etc. C’est pour vous dire à quel point aucun endroit en particulier peut empêcher quelqu’un de faire de belles rencontres. Il faut simplement avoir l’esprit ouvert et être prêt à toute éventualité pour rencontrer quand le coeur est libre pour une nouvelle aventure sentimentale. Les endroits ne manquent pas, loin de là! Il suffit de sortir le bout de son nez et faire preuve d’originalité pour mener à bien notre désir d’engagement.

Mais…

Ce qui manque réellement est l’audace que ça prend pour prendre les devants envers quelqu’un qui nous intéresse. Il est là le vrai problème. Parce qu’on se restreint à je ne sais pas trop pourquoi ni comment. Pourtant, on parle avec plein de gens dans une journée. On discute avec son patron, des collègues de travail, des employés d’un restaurant, d’une épicerie, etc. Si nous sommes capables d’adresser la parole à n’importe qui, aborder quelqu’un est tout aussi facile. Le défi est de trouver un sujet qui pourrait capter l’attention de l’autre sans se mettre un pied dans la bouche.

J’ai parlé de faire preuve d’originalité un peu plus haut. Ce n’est jamais de refus surtout lorsque vient le temps du flirt. Je prends par exemple Dawson, un jeune américain qui avait trouvé une façon originale de gagner le numéro de téléphone de chaque femme qu’il abordait sur son chemin. L’idée est loin d’être bête et elle peut s’appliquer autant chez les hommes que chez les femmes. Alors prenez exemple sur lui et foncez! La vie est trop courte pour regarder le train passer.

😉

***

Si vous aimez mes textes et aimeriez m’encourager? Vous pouvez faire un don ici! Merci!

 

Lorsque l’estime de soi enrichit l’industrie de la beauté…

Depuis des lustres, les standards de beauté véhiculés par l’industrie n’ont jamais été tendre envers les femmes. Pour mieux comprendre mon raisonnement, laissez-moi vous expliquer mon point de vue sur le sujet.

Lorsque des compagnies font la promotion de ce que doit être un corps parfait, un maquillage parfait, une coiffure parfaite, une sourire parfait, des ongles parfaits ou une robe parfaite, je me demande comment font les femmes pour dépenser à coup de milliards dans une industrie qui martèle continuellement leur estime personnelle. Parce que d’après les magnats du cosmétique, sans leurs produits la femme ne pourrait être aussi belle, ravissante ou séduisante qu’elle le souhaiterait. C’est un concept que je n’ai jamais réellement compris et que je trouve à la limite de l’indécence.

Pas surprenant de constater que l’estime de la majeure partie des femmes de ce monde soient si fragile envers leur propre perception. Pas surprenant non plus que la pression sociale qu’engendrent les publicités reliées à cette industrie les affectent à ce point, que les hommes qui encouragent cette superficialité et qui en redemandent forcent presque la femme moyenne à se cacher sous la table du salon par peur d’être tassée du revers de la main ou, pire encore, d’être littéralement ignorée.

L’année dernière, le site français La Tribune estimait qu’à elle seule, les revenues de l’industrie de la mode s’élevaient à plus de 150 millards d’Euros (168 millrads US), soit plus que l’industrie de l’aviation et de l’automobile réunies. L’industrie du cosmétique et des soins de la peau généreraient encore d’argent, soit près de 450 milliards d’Euros (530 milliards US)… Si une partie de cet argent était ré-investit dans des programmes de valorisation chez la femme, nos sociétés n’en seraient que grandement récompensées.

Chaque fois que je me retrouve dans la salle de bain d’une femme, je suis estomaqué de voir autant de rouge à lèvres, de crèmes pour le visage, de mascara, de fard à joue et de vernis à ongles et j’en passe. C’est à se demander s’il reste une petite place pour y déposer une simple brosse à dent! Sans oublier les soixante paires de chaussures empilées dans le garde-robe, les robes qui n’ont été portées qu’une seule fois et les neuf sacs-à-main… Sérieux? Vous avez autant besoins de ses produits? Pourquoi ai-je toujours l’impression que plus vous en avez, plus vous avez le sentiment qu’il vous manque quelque chose?

Je reconnais qu’une femme a besoin de se sentir belle pour générer une estime positive d’elle-même. Mais y a-t-il un si fort prix à payer pour atteindre ce but? Je ne crois pas. Les femmes seraient surprises d’apprendre que les hommes ne se basent pas juste sur ce qu’elles représentent pour s’intéresser à elles mais aussi sur ce qu’elles sont. Et cette théorie est d’autant plus vraie lorsque les hommes gagnent en âge. Est-ce une raison pourquoi certaines jeunes femmes préfèrent fréquenter des hommes d’âge plus mûr? Possible. Mais cette théorie reste encore à prouver.

J’aime bien qu’une femme prenne soins d’elle, qu’elle s’accorde des petites attentions pour plaire à son homme ou au sexe opposé en général, mais avoir une belle personnalité est tout aussi important aux yeux d’une grande majorité d’hommes. Si une femme se sent moche comparativement à ce que la société projette comme standard de beauté, comment peut-elle réussir à séduire un homme si sa propre perception est négative?

Et l’homme dans tout ça? A-t-il vraiment un rôle à jouer? Quel impact positif pourrait-il apporter auprès de la femme qu’il aime? Parlez-en aux femmes monoparentales qui ont on mit fin à leur relation parce qu’elles ne se sentaient plus aimées ou valorisées par leurs conjoints. Une femme, surtout lorsqu’elle reçoit le statut de mère, a besoin de se sentir belle aux yeux de son homme et ce dernier à le devoir de nourrir ce besoin tout au long de la relation. Être belle aux yeux des autres est une chose. Se sentir belle dans sa peau en est une autre et rien ne pourra remplacer la beauté d’une femme épanouie qui croit en elle.

En conclusion, je pense qu’avant toute chose, une femme a le droit de se sentir rayonnante. Et si ce besoin doit passer par des produits qu’offre l’industrie de la beauté, qu’il en soit ainsi. Cependant mesdames, n’oubliez jamais que si votre homme vous trouve ravissante même lorsque vous êtes démaquillées, acceptez ce compliment. Ça voudra dire que vous avez entre les mains quelqu’un de vraiment précieux…

Trois qualités que tout homme devrait avoir pour maximiser ces chances de succès auprès des femmes

41_success-914093-TwoByOne

Ce n’est pas un secret pour personne. Les femmes sont plus souvent sollicitées par les hommes que l’inverse. Alors comment un homme peut-il sortir du lot et susciter l’intérêt chez la femme? Après avoir longuement réfléchit à la question basée sur mes expériences personnelles, je réalise que c’est souvent dans la plus grande simplicité que se cache la recette du succès.

Il existe trois éléments qui peuvent aider un homme à attirer l’attention de la gent féminine; son sens du respect, son degré d’assurance et sa sensibilité.

Son sens du respect

Le respect est une valeur mise à rude épreuve depuis belle lurette. Les réseaux sociaux n’ont sûrement pas aidé à la cause mais, au bout du compte, nous sommes tous responsables de ce que nous publions. N’importe qui est capable de discerner une personne respectueuse d’une autre qui ne l’est pas de par ses propos. Mais le respect va au-delà de ce que nous publions sur les réseaux sociaux. C’est aussi le respect des valeurs de l’autre, des différences, de l’intégrité et de la dignité d’autrui. Le respect n’est malheureusement pas une qualité acquise par tous, hélas, mais elle existe.

Son degré d’assurance

Un homme qui dégage de l’assurance est sans contredit un poids qui pèse lourd dans la balance, parce qu’une femme cherche à trouver quelqu’un sur qui elle pourra compter lorsque la vie sera plus difficile.  Elle aime se blottir dans les bras de l’être cher et se sentir à la maison même si elle n’y est pas. Une personne confiante amène rarement un lot de complexité. Mais attention! Il y a une différence entre l’assurance et l’arrogance. Une personne avec de l’assurance ne ressent pas le besoin de se valoriser en rabaissant les autres, ce qui peut être le cas chez une personne mieux reconnue pour son arrogance.

Sa sensibilité

Ce ne sont pas toutes les femmes qui aiment les hommes sensibles, mais elles ne sont pas indifférentes face à l’amour que les hommes leur portent. Chez les hommes, être sensible ne veut pas dire être aussi proche de ses sentiments que les femmes peuvent l’être, par exemples. Ça veut simplement dire qu’ils sont capables d’exprimer à leur partenaire ce qu’il ressentent, qu’il sont en mesure de comprendre ce qu’elle vit et faire preuve d’empathie lorsque la femme en ressent le besoin. La sensibilité masculine diffère de celle de la femme, et l’un des défis de couple est de le reconnaître et le comprendre.

Si un homme possède ces trois éléments et qu’il ne fait qu’ajouter un zeste de maturité, c’est presque dans la poche. Je dis bien presque, car l’enveloppe charnelle est plus souvent qu’autrement le seul critère de sélection au détriment de ces qualités. d’où l’importance de bien se « vendre » lorsqu’il est temps de trouver son alter-ego.

Ce que j’ai énuméré ici ne sont que trois des multiples critères que les femmes peuvent rechercher chez un partenaire idéal. Ces critères ne sont pas gage de succès auprès, mais je dirais plutôt qu’elles maximisent les chances de créer de l’intérêt chez la gent féminine friande de mettre la main sur un prétendant digne de leurs exigences.

Que voulez-vous? Notre monde est ainsi fait…

Quand la femme décide de faire les premiers pas…

etre-ennuyeux-draguer-seduire

Rares sont les femmes qui prennent les devant dans la drague. Rares sont celles qui décident de prendre leur courage à deux mains pour devancer l’initiative masculine. Mais lorsque la situation survient, comment un homme peut réagir devant une telle audace? Est-ce bien perçu par la gent masculine? Et bien, laissez-moi vous partager mon point de vue et vous éclairer un peu plus sur le sujet.

Tout d’abord, je dois lever mon chapeau aux femmes qui osent car ce n’est pas coutume d’aller à contre courant de ce que nous connaissons déjà. Juste pour cette raison, une femme qui viendrait me voir pour me manifester son intérêt aurait déjà une bonne longueur d’avance sur les autres car voyez-vous, il est plus facile de retenir ce qui sort de l’ordinaire que de ce qui se fond dans la norme. Donc, une femme entreprenante ne risque pas de passer inaperçue auprès des hommes qu’elles convoitent. Encore faut-il qu’elles aient assez confiance en elles pour initier une telle démarche.

Je serais surpris d’apprendre qu’un homme se sente offusqué de se faire courtiser. Si l’amour est l’affaire de tous, la drague ne devrait pas faire exception à la règle. Je serais même porté à encourager les femmes à faire le premier pas car certaines d’entre elles pourraient comprendre que les hommes ont parfois de la difficulté à trouver quelconque stratège pour arriver à ses fins. Aborder quelqu’un est un art, maîtriser le flirt est un talent. Peut-être que si toutes les femmes tentaient l’expérience, elles pourraient mieux comprendre les hommes et leur démontrer un peu plus d’empathie lorsqu’ils sont un peu gauches dans leurs démarches. J’ai déjà été approché par une femme dans un bar. La technique n’avait pas fonctionné mais je peux quand même reconnaître que son initiative lui a valu tout mon respect.

C’était en début de soirée. J’étais avec trois de mes copains lorsqu’elle est apparu à mes côté. Avec un joli sourire, elle prit ma main et y déposa un bout de papier avant de repartir. J’ai lancé un regard en me disant que c’était probablement son numéro de téléphone. Ce qui était le cas. L’un d’eux me demanda si j’allais l’appeler. Je lui avais répondu que si elle prenait le temps de venir me parler, peut-être. Sinon elle n’aurait aucune chance.

La fille ne s’était pointée qu’à la fin de la soirée, soit 40 minutes avant la fermeture du bar. Elle m’avait demandé dans le creux de l’oreille si j’allais lui passer un coup de fil dans les prochains jours. Je lui avait répondu avec la plus grande délicatesse que nous avions encore du temps devant nous ce soir pour se connaître davantage mais elle refusa, sous prétexte qu’elle était avec des amis qui partaient bientôt. Je me suis contenté de lui dire meilleure chance la prochaine fois.

Certains d’entre vous ne sont peut-être pas d’accord avec ma conclusion, mais la raison qui m’avait poussé à répondre ainsi fut fort simple; si tu te retrouves sous le même toit qu’une personne qui t’intéresse, profites de cette occasion pour enclencher le jeu de la séduction et voir s’il pourrait y avoir une suite, ce qui n’a jamais été fait. Pour moi, elle était là l’erreur. Si la fille avait pris ne serait-ce que quelques minutes pour discuter avec moi avant de retrouver ses amis pour le reste de la soirée, la conclusion aurait probablement été bien différente.

En conclusion, si je peux me permettre mesdames, osez! Prenez les devant même si vous avez la trouille de vous faire refuser une offre que vous jugez alléchante! Car de cette façon, vous provoquez vous-même les chances de trouver celui que vous recherchez. Ça ne fonctionne pas? N’en faites pas tout un plat. Ce ne sont que des échecs et bien des hommes seront en mesure de vous comprendre.

La « Friendzone »: Mythe ou réalité?

Friendzone

Au fil des années je me suis rendu compte que cette zone n’existait pas. Enfin… Presque… En fait, elle n’existe que pour ceux qui ont envie d’y être et qu’ils se comportent pour s’y retrouver par eux-mêmes. Autrement, la friendzone est un mythe.

Je trouve qu’il est trop facile de jeter cette excuse lorsqu’une démarche de séduction ne fonctionne pas auprès de la gent féminine. Remarquez que c’est peut-ête le cas, mais je crois que de façon générale, ce ne sont pas les femmes qui nous placent dans cette boîte inconfortable et non-souhaitée. C’est nous, les hommes, qui sortons cette excuse lorsqu’on se rend compte que la principale intéressée nous glisse entre les doigts.

Comment un homme peut-il se retrouver dans cette zone alors que ses intentions premières sont de séduire pour aller au-delà des bisous sur les joues? Pour qu’une séduction connaisse du succès, plusieurs éléments doivent se joindre à l’engrenage. Malgré tout, un homme peut passer à côté d’une belle occasion parce qu’il ne réussit pas à capter convenablement l’attention de celle qu’il convoite. Le jeu de la séduction est un art calculé qui ne s’acquiert pas en cliquant des doigts. Si l’homme échoue, c’est la friendzone assurée sans plaidoyer possible. Certains dirons qu’il est impossible de sortir de cette zone une fois condamné, ce qui est pour moi complètement faux. Une femme aime être séduite, mais pas par n’importe qui.

Dans la grande majorité des cas, je suis persuadé que la friendzone n’est une barrière psychologique. Rien de plus. Elle est le résultat d’une introspection négative que nous exerçons sur nous-même parce que nous avons la mauvaise manie de se restreindre au lieu de s’accorder le droit d’agir. Car un geste n’a aucune valeur en soit. C’est plutôt l’intention qui se cache derrière le geste qui en a une. Enfin, c’est ce que je pense…

De toute façon, ce n’est pas une mauvaise chose que de se retrouver dans la friendzone d’une femme, car une amitié en vaut parfois la chandelle et peut être certes une histoire tout aussi intéressante et enrichissante pour les deux parties.

Mon ABC du désir

Pour qu’un feu prenne naissance, il faut d’abord qu’il y ait une étincelle. Un désir ne vient jamais seul. Il faut le créer, le provoquer pour connaitre le plaisir qu’il procure en nous lorsque vient le temps de mettre de l’avant nos plus beaux atouts.

Éveiller le désir chez notre partenaire, c’est se botter les fesses afin qu’il puisse tomber dans le piège qu’est la séduction.Si on ne fait rien pour attiser l’intérêt chez l’autre, quel est l’avantage d’être en notre compagnie? L’amour n’est-elle pas un jeu d’attirance? De complaisance et de compatibilité? N’est-il pas le résultat de désirs communs auxquels nous voulons adhérer tout au long de notre relation? Avec le temps, séduire est une tâche qui ne peut être négligée sous peine de se retrouver, contre notre gré, devant une porte clause.

C’est ce qui cause une grande partie des séparations. Lorsqu’on s’essouffle, on cherche à s’oxygéner ailleurs. Heureusement, bon nombre de couples connaissent une seconde vie parce qu’ils ont prit la peine de recréer l’étincelle qui manquait pour rallumer le feu qui s’était éteint au fil du temps.

Cette réalité est d’autant plus vraie chez les familles où les enfant sont en bas âges, parce que l’on priorise d’abord notre rôle de parent au détriment du reste.

Se faire désirer passe avant tout par soi. Si on se sent désirable, il n’en sera que plus facile pour séduire efficacement la personne avec qui on a envie d’être.

Soyons beaux. Soyons belles. Pour nous mais aussi pour l’autre. Car il n’y a rien de mieux que d’être séduit(e) par la personne que l’on aime. ❤

Procurez-vous mon livre « Regard Masculin sur le Célibat et les Relations » dès maintenant!

Tu me veux? Commences par me mériter!

seduction

L’échange d’un regard, un léger sourire parsemé de rires timides et complices. Voilà ce qui crée une belle entrée en matière lors d’une rencontre avec une personne qui, à la base, nous intéresse. Mais au-delà de l’apparence et de la conversation, une femme en possession de ses moyens ne perd jamais de vue que l’homme qui lui fait face doit inévitablement faire preuve d’astuces qui lui permettront de gagner son coeur et (surtout) son corps. Car ne nous ne faisons pas d’histoire; les hommes fantasment toujours de mettre la main sur le butin qu’ils convoitent.

Je dois avouer que les gens en général s’en tirent bien de nos jours. Tout peut être accessible en un seul clin d’oeil. On sourit, on s’apprécie et hop! Au lit pour des heures de purs plaisirs (ou de catastrophes!). Il ne semble plus y avoir cette petite gêne, ce « je-ne-sais-quoi » qui met en veilleuse l’acte de se consommer mutuellement dans la plus grande intimité. Saviez-vous mesdames qu’il existe des hommes qui on la présence d’esprit de mettre un frein face à une femme trop entreprenante? OK, j’avoue qu’on est moins sollicités que la gent féminine, mais reste que nous aussi on peut juger inappropriées les avances faites par une femme, en particulier celles qui ont déjà un pied dans le lit avant même de nous avoir embrassé sur la joue.

Il m’est déjà arrivé de refuser les avances de femmes parce qu’elles n’avaient pas réussi à me séduire convenablement. Lorsqu’une femme croyait qu’un simple sourire et un beau décolleté pouvait faire le travail et que je lui disais « Je suis désolé, je te trouve belle et tout mais ce n’est pas un contenant que je cherche mais bien du contenu… » elle réalisait rapidement qu’elle venait de faire chou blanc et que sa tactique, qui aurait sûrement fonctionné sur d’autres hommes, n’était pas le mieux à mon égard.

Ce n’est parce que quelqu’un nous montre de l’intérêt que nous devons systématiquement accepter ses avances. Une personne qui en désire une autre peut attendre si tel est le besoin. Il ne faut pas prendre une nuit qui avorte comme du temps perdu parce qu’il n’y a aucune urgence même si nous voyons l’autre faire les cents pas devant notre porte. Personne est un objet de consommation et encore moins un objet de distraction! Notre corps et notre esprit valent plus que ça, vous en conviendrez.

Avec l’âge, j’ai appris qu’une personne devrait s’attarder plus à ce que le sexe opposé dit et recherche plutôt que de centrer son regard sur ce qu’elle fait ou projette. Car cette facette est souvent signe de contradictions lorsqu’on commence à connaître la personne concernée.

Séduis-moi…

tumblr_lk6qxdsv4v1qc8yh5o1_1280

Exprimer son désir envers quelqu’un n’est pas une chose facile. On doit non seulement être capable de choisir les bons mots, mais aussi coordonner les gestes qui viennent avec. Pour moi, l’un ne va pas sans l’autre. Si, par exemple, une femme me disait « j’ai envie de toi » en faisant une lessive, je ne suis pas sûr que sa démarche de séduction aura un effet positif sur la suite des choses. Je me contenterais peut-être de dire « moi aussi » tout en me dirigeant au salon pour regarder la télé.

En revanche, si elle me disait la même phrase en me prenant par le bassin tout en me regardant dans le blanc des yeux, parions que le résultat serait bien différent. Si, par exemple, un homme utilise une bonne technique de séduction, la femme sollicitée n’en sera que ravie et aura elle aussi l’envie de séduire. C’est de cette façon que le désir amoureux prends vie, s’éveille et s’exprime.

Si notre partenaire glisse sa main sous notre chandail, caresse langoureusement nos cuisses jusqu’à ce que sa main s’arrête sur la boutonnière de notre pantalon ou laisse sa respiration nous chatouiller le creux de l’oreille, c’est qu’elle désire que le temps ne compte plus. Il est là le vrai plaisir. Car séduire est poser une question à notre partenaire et souhaiter une réponse positive de sa part. C’est aussi alimenter cette passion qui se doit d’exister et perdurer. À mon avis, une relation dénudée de toute forme de passion est une relation vide et connaît inévitablement une fin.

Est-il nécessaire de manquer d’air avant d’ouvrir une fenêtre? Je ne crois pas. Le désir et la passion sont l’oxygène du couple et personne d’autre, à part ceux concernés, est responsable du bien-être de sa relation. Si chacun y met du sien autant pour le plaisir de l’autre que pour son propre plaisir, ça ne peut que carburer la relation dans la bonne direction.

Voir une femme sourire en lisant un petit mot doux que son homme lui a écrit, ou la voir réagir positivement pour un geste qu’il a posé à son égard est une récompense inestimable et dont la valeur est trop souvent sous-estimée. Séduire, c’est mettre la table avant de goûter au plaisir charnelle tant souhaité…

L’encre de tes yeux

couple-amoureux2

Je n’ai pas besoin de m’inventer une histoire lorsque mon regard croise le tien. J’ai juste envie qu’elle s’écrive d’elle-même selon le nombre de jours qu’on voudra bien lui accorder. Peut-être aurons-nous droit à un roman? À une trilogie? Ou peut-être que tout ceci ne se résumera qu’à un seul texte de napperon de restaurant. Je ne sais pas où tout ceci nous mènera mais le temps que j’ai à me perdre dans tes yeux m’est égal. J’ai juste envie de profiter de l’instant présent, parce que te regarder me fait du bien.

Ça m’apaise lorsque tu me regardes, lorsque tu décides qu’en ce moment c’est sur moi que tu as envie de poser tes yeux. C’est comme si tu me disais que l’attention que tu me portes est ce qu’il y a de plus précieux pour toi, que tu as le désir de partager ce court instant avec moi sans que rien au monde puisse interférer ce petit bonheur de la vie. Ton regard m’inspire, me donne envie de me coller à toi. J’ai envie de te prendre dans mes bras, de déposer mon nez sur ton cou et d’immortaliser ton odeur dans mes souvenirs les plus profonds.

Est-il nécessaire de dire quoi que ce soit? Je pense que ça n’en vaut pas la peine.

Même lorsque tu quittes, ton regard lui, ne me quitte jamais. C’est comme si nous étions liés pour toujours à une corde de vie que personne au monde, ni même l’obscurité, ne pourra sectionner. Nos regards seront éternels, et l’histoire qui en découlera sera indélébile car les mots, qui ne pourront jamais exprimer ce que je ressens pour toi, seront puisés à l’encre de tes yeux.

Je suis à jamais lié avec toi. Car mon regard ne pourra t’oublier que lorsque mes yeux se refermeront pour toujours…

Les premiers pas

image-1

Débuter une relation est toujours inconfortable. On ne sait jamais trop sur quel pied danser. On peut même dire que nous sommes parfois un peu gauches dans les premiers milles quand on aimerait que l’histoire ne soit pas juste qu’un (autre) passage dans notre vie.

Pour moi, s’engager dans une nouvelle relation est synonyme d’un nouveau départ à tous les points de vue. C’est une nouvelle approche et une nouvelle façon de communiquer, parce que l’autre n’est pas notre ex et que les techniques de séductions ne vont pas nécessairement fonctionner comme c’était le cas dans la relation précédente. On doit donc s’ajuster, refaire nos devoirs et apprendre à faire face à l’adversité. Cependant, je pense qu’avant d’appliquer cette notion d’ajustement, on doit d’abord et avant tout vouloir s’engager dans une relation pour les bonnes raisons et s’assurer d’une réciprocité de la part de notre partenaire. Sinon, même avec les meilleures intentions au monde, si notre contexte n’est pas favorable et que nous ne sommes pas convaincu que l’autre a le même désir d’engagement que nous,  comment pouvons-nous bâtir notre relation sur une base solide et durable?

Tout ça pour vous dire que les premiers pas demandent souvent une attention particulière. On craint souvent de ne pas être à la hauteur, d’être trop envahissant(e)s, de faire fuir l’autre ou d’avoir l’impression de ne pas en faire assez pour intéresser davantage notre nouveau partenaire pour qu’il ait envie de rester près de nous. Est-ce que je l’inonde de textos? Es-ce que je l’appelle trop souvent, Es-ce que je le dérange? etc. Se poser ce genre de questions n’aide en rien à notre valorisation personnelle. L’estime de soi est fragilisé au centuple dans une telle situation. La peur de mal paraître et la crainte d’être imparfait(e) aux yeux de l’autre ne font qu’envenimer nos angoisses les plus profondes.

Selon moi, la meilleure façon de rester zen avec tout ça est de rester soi-même, de ne pas se restreindre dans notre comportement de peur de décevoir. Si notre partenaire est le bon, ce que nous faisons sera loin de mettre des bâtons dans les roues pour la suite des choses. Si on se sent paisible et que tout roule, c’est qu’il y a une bonne chimie déjà bien présente avec l’autre. À l’inverse, si on a l’impression de ne jamais savoir sur quel pied danser, est-ce parce qu’on tente de forcer un peu trop la note? Parce que des fois, il est bon de s’avouer que ça ne fonctionnera pas. Pour tout types de raisons. Le contexte familial de chacun, la distance, les horaires professionnels, etc. À un certain point, on doit se dire si l’ensemble des éléments qui incluent notre vie et ceux de notre partenaire seraient favorables à une belle relation ou, au contraire, s’ils ne feraient que compliquer davantage les choses. Prendre un certain recul est souvent nécessaire. Ça nous force à se questionner sur les enjeux importants avant de se décider à faire le grand saut… Ou pas.

L’ensorcellement

vampire-girl-bite-a-boy

Tout d’abord, il y a le regard. Celui qu’on ne voit que très rarement dans notre vie et qui est capable d’arrêter notre battement coeur, comme si nous étions ensorcelés, pétrifiés part ce regard perçant qui semble entrer en nous sans que nous puissions nous défendre.

Être victime d’un tel regard peut effrayer, même les plus rigides de ce monde, car nul ne peut résister à une connexion si profonde et vraie. Il est difficile de se détourner de ce que nous avions toujours rêvé vivre lorsque nous nous retrouvons devant un(e) parfait(e) inconnu(e). Un tel échange silencieux brûle tout. Notre coquille, nos tracas, notre rigidité au point d’exposer comme une plaie ouverte notre fragilité et notre vulnérabilité que nous tenions, jusque-là, protéger.

Puis, il y a le rapprochement. Cette force d’attraction qui tend à nous pousser l’un vers l’autre, qui ne peut être retenu tellement la force et le désir de se rapprocher nous obsèdent. C’est comme si une corde nous nouait à l’autre et qu’elle se rétrécissait au fur et à mesure que les regards pavaient le chemin du contact absolu. C’est le désir d’abandon qui s’éveille en nous. C’est l’envie de se laisser prendre et caresser par celui ou celle pour qui nous avons choisi être l’Élu(e).

Enfin, il y a le baiser. Immortel et chaud, que même nos plus grands souvenirs seraient prêts à laisser leurs places pour que celui-ci puisse devenir le plus grand de tous. C’est le toucher éternel, l’échange d’une passion qui ne pouvait être ignorée ni même repoussée. Il y a de ces moments où le temps ne compte plus. Le baiser en est un. Fort et voulu plus que tout. Pour que naisse une histoire passionnelle que nul ne pourrait ébranler. Le baiser éternel, celui que personne ne peut oublier, même dans la pénombre de la solitude…

Joyeuse Halloween à tous et à toutes! 🎃