La marche qu’il est préférable de ne pas sauter

Monter-les-escaliers-donne-plus-d-energie-qu-un-cafe_width1024.jpg

Suite à un échec affectif, le deuil est la dernière étape d’un long processus de résiliation. C’est dans le deuil que nous décidons d’accepter la réalité tel qu’elle est et nous donner le droit de refaire sa vie sans l’autre. Ok, ça ne remplace pas la présence d’un partenaire, j’en conviens, mais qui d’autre à part nous-même a le pouvoir de nous motiver lorsque nous en avons grand besoin? 

Chaque fois que je devais faire un deuil sur une relation, je me posais systématiquement  ces trois questions fondamentales : 

Que devrais-je apprendre de cette relation? 

Qu’est-ce que cette relation m’a apporté? 

Qu’ai-je négligé dans mon couple que je devrais appliquer et mettre de l’enphase dans la prochaine? 

Le but de l’exercice n’est pas de blâmer qui que ce soit, mais bien de transposer les points négatifs en points positifs, développer un réflexe qui permet de voir le bon côté des choses malgré l’échec et qui serviront davantage dans une relation future. 

Chacun trouve une façon de se sortir d’un marasme amoureux. L’important est de s’en sortir non seulement avec des réponses, mais surtout avec des solutions. Lorsqu’on se sent prêt faire un deuil, on doit aller au-delà de la relation, car une histoire d’amour ne se termine pas juste en refermant la porte derrière soi, mais bien à partir du moment où on accepte qu’elle n’existe plus. En d’autres mots, ça veut dire fais-toi à l’idée et passes à autre chose!

Négliger un deuil ne fait que remettre à plus tard ce qu’il doit être fait maintenant. S’engager dans une nouvelle relation amoureuse sans que le deuil de la précédente soit complétée risque de faire avorter un nouveau projet. On peut aimer quelqu’un d’autre, Mais si une partie de nous ne peut s’empêcher de penser à l’ex, c’est comme si on choisissait d’aller faire une excursion en montagne avec une seule botte de randonnée.

Avant de chercher un nouveau partenaire, il faut d’abord être capable de côtoyer le bonheur qui nous accompagne car oui, avant d’être engagé, il faut être heureux. C’est important d’apprendre à se familiariser avec le statut de célibataire, à se plaire dans la solitude et trouver l’équilibre dont nous avons besoin pour vivre heureux et espérer transmettre ce bonheur à quelqu’un d’autre.

De toute façon, qui voudrait d’un boulet à la cheville?

Un commentaire sur « La marche qu’il est préférable de ne pas sauter »

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s