Varia

La langue mal tournée

170331-internet-trolls-feature

La première fois que j’avais entendu quelqu’un me dire qu’il valait mieux tourner sa langue sept fois avant de parler, j’étais assez confus. Je croyais qu’il fallait tourner la langue pour une question d’exercice ou de réchauffement avant de dire quelque chose. Je pensais que tourner ma langue sept fois était la meilleure façon d’aider mon élocution. Ouais, c’était à l’époque où je commençais à peine à comprendre les subtilités du monde des adultes.

Aujourd’hui, avec les commentaires vexatoires, violents et même destructeurs, les trolls et le prix de la bassesse courtoise à la hausse, cet adage n’a jamais eu autant de signification.

À partir du moment où un commentaire n’est plus objectif ou constructif, le bas blesse ou peut blesser. À partir du moment où quelqu’un a envie de faire une blague mais que le message ou l’intention est mal interprétée, le bas blesse ou peut blesser. À partir du moment où l’ignorance surpasse l’intérêt, le bas blesse ou peu blesser. Si on prenait la peine de se transposer dans la peau de la personne qui reçoit un commentaire désobligeant et blessant, on pourrait peut-être mieux comprendre la portée de nos geste. Combien d’entre nous avons entendu qu’il ne faut pas faire aux autres ce que nous ne voudrions pas que les autres fasse envers nous? Pourtant, l’exercice semble avoir été entreposé dans le placard par un grand nombre d’entre nous.

C’est facile d’insulter quelqu’un, une entreprise ou une organisation. C’est facile de ridiculiser un ami en le filmant dans une situation embarrassante avant de le publier sur le web, c’est facile de dénigrer ou porter jugement sur quelque chose qui peu nous choquer, mais est-il nécessaire d’ajouter de l’huile sur le feu? Est-il nécessaire de participer à une dégradation évidente de notre société lorsqu’elle agit de cette façon? Certaines personnes ne cherchent qu’à faire réagir négativement les autres. On les appelle les trollers, ils envahissent le web et ne font que semer la pagaille partout où ils passent. La bonne nouvelle est qu’ils agissent comme des petits chatons. Si on les ignore, ils cesseront leur cirque.

Ceci étant dit, je ne connais personne qui n’a jamais été bitch une fois de temps en temps. Mais est-il obligatoire de l’étaler aux yeux de tous? Je sais, ça fait parfois du bien de se défouler, mais est-ce nécessaire de s’exposer et de subir à notre tour un défoulement collectif  que nous ne pourrions pas contrôler?

La meilleure façon de se brûler est de jouer avec le feu. Faire preuve d’un manque de considération envers autrui peut mener autrui à ne plus vous considérer. L’équation est relativement simple.

Il suffit de savoir compter.

 

 

 

Catégories :Varia

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s