En passant

Les dernières minutes qui précèdent une nouvelle vie

couple-rupture-arreter-de-se-battre-

Il reste encore quelques minutes avant qu’il parte. As-tu quelque chose è rajouter? Parce qu’après ça, ce sera la fin. Il sera parti et toi, tu resteras encore là, à espérer les mains au visage que la vie ne te maltraite pas trop dans ta solitude. Alors, qu’aimerais-tu lui dire pour la dernière fois? Allez, dis-le, parce qu’après tu risques de regretter de ne lui jamais avoir dit ce qui pesait tant dans ton coeur. Et ça, tu ne te le pardonneras peut-être jamais.

Combien de fois avez-vous revu les derniers instants avec un être cher avant de le voir tourner les talons pour toujours? Vous rappelez-vous du regard que vous aviez l’un envers l’autre? Vous rappelez-vous ce que vous lui aviez dit, de ce qu’il vous a répondu et de l’adieu qui s’en ait suivi? Parfois, le temps aurait pu se figer un peu plus longuement, question de dire tout ce qui nous passait par la tête et qu’on aurait tant aimé dire à l’autre.

Mais, tout le monde sait que le temps n’attend pas. Il n’attend jamais. Il déteste ça. Pour lui, se figer est sûrement le meilleur moyenne de sombrer dans la stagnation. Personne veut ça. Le temps encore moins. Il aime plutôt vous bousculer vers l’avant en sachant très bien que vous n’aurez pas d’autre choix de d’abdiquer face à la peine qui vous consume l’esprit et le coeur pour passer à autre chose.

Il reste encore quelques minutes avant qu’il parte mais vous n’avez toujours rien dit, si ce n’est que le regarder avec vos yeux vitreux, la gorge nouée, parce que vous auriez aimé mieux que rien de ça ne se soit passé. Vous l’aimez autant que vous le haïssez. Vous souhaitez partir à l’autre bout du monde comme vous aimeriez vous perdre dans ses bras une (longue et) dernière fois avant de fermer le chapitre.

Si l’abandon fait toujours aussi mal, c’est peut-être parce qu’au fond de vous, vous saviez qu’il y avait du bien dans votre relation. Assez pour le réaliser à ce moment-ci de votre vie. Ne vous en faites pas. Une blessure n’est jamais éternelle. C’est ce qu’on en fait qui peut le devenir…

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s