Varia

Toi, qui n’était pas celle que j’ai voulu aimer…

d29baceffce1ec32ddbd296e245122412669ca94 copie.jpg

C’était un samedi soir. Je venais de publier un texte sur ma page Facebook que je venais de lancer quelques jours auparavant. Puis, un peu plus tard dans la soirée, je reçevais un petit mot très sympa d’une nouvelle fan. Elle s’appelait Mika. Mika Manzoni.

J’avais pris la peine de lui répondre en la remerciant d’avoir si bien aimé mon texte. Nous avions échangé quelques mots et puis, de fil en aiguille, nos messages s’étaient transformés en textos, puis nos textos en appels téléphoniques. Nous nous entendions à merveille tous les deux et ce qui devait arriver arriva: je commençais à m’attacher à elle.

Mika était une femme célibataire (comme moi à cette époque) et trouvait difficile de s’engager sérieusement avec quelqu’un à cause de tous les facteurs que nous connaissons tous. Elle semblait découragée de devoir recommencer cent fois les premières démarches pour trouver l’homme qu’elle souhaitait tant aimer. Peu à peu, nous nous sommes avoués un intérêt commun et le désir de faire plus ample connaissance planait dans l’air.

Après quelques semaines d’échanges de plus en plus fréquents, je l’avais invité à prendre un verre, quelque part dans son coin, question de se voir en personne et peut-être espérer aller plus loin dans la démarche. Offre qu’elle accepta sur-le-champs et dont elle avait vraiment hâte de concrétiser. Malheureusement, à la veille du rendez-vous, elle déclinait la rencontre suite à un problème de santé. Jusqu’ici, je ne pouvais pas me douter de quoi que ce soit. Après tout, ça peut arriver à n’importe qui de devoir remettre un premier rendez-vous pour une multitude de raisons!

J’avais donc suggéré de remettre à une date ultérieure le rendez-vous, dès qu’elle se sentirait mieux. Entre temps, nous continuions de s’appeler à tous les jours pour prendre des nouvelles de l’autre, jusqu’à ce qu’elle me demande de la rencontrer dans une crémerie près de chez elle. J’avais accepté à la hâte puisque la première rencontre avait échoué. Encore une fois, le rendez-vous n’y était pas. Elle avait eu un problème avec son frère et se devait de rester à la maison pour prendre soin de lui.

À partir de ce moment, une petite cloche avait retenti dans mon esprit. Est-ce que je me ferais avoir par quelqu’un qui ne serait pas celle que je pensais être?

Je vous avoue que la question m’avait réellement irrité, car je ne pouvais concevoir une telle éventualité. Mais, parce que je n’étais pas le dernier venu en termes de relations, j’avais décidé de porter attention à cette mise en garde que mon subconscient tenait à me  communiquer.

Alors, j’avais joué le jeu. J’avais répondu à Mika que ce n’était pas grave et que nous aurions une autre occasion dans un avenir prochain.

Le lendemain, je lui avais suggéré de faire un appel Skype où il serait possible de se voir et de se parler à la même occasion. Sans grande surprise, elle refusa ma suggestion, disant qu’elle avait connu une très mauvaise expérience avec une caméra et qu’elle n’était pas à l’aise de faire ce genre d’appel vidéo. À partir de ce moment, je savais que la personne n’était pas celle que j’avais vu en photo. Je n’aurais jamais pensé qu’un jour je me retrouvais devant une évidence aussi décevante. J’avais perdu mon temps à m’attacher à quelqu’un que je ne verrai jamais et qui n’était pas celle qu’on me faisait croire d’exister.

Je me rappelle qu’après avoir tiré cette conclusion, j’avais lentement fermé mon portable, le temps de réaliser ce qui venait de se passer, à me remémorer toutes ces choses qui avaient été écrites et dites entre nous depuis le début en sachant que rien de tout cela allait se concrétiser. À ma grande surprise, je n’étais pas furieux. J’étais seulement déçu d’être embarqué dans ce si joli bateau que l’on m’avait tendu au quai sans avoir remarqué qu’il n’y avait aucune rame à bord.

La suite de l’histoire s’est déroulée assez rapidement. J’avais confronté Mika à ce sujet. Elle était dans le déni le plus total. C,est alors que je lui avais écrit tant et aussi longtemps que je ne te verrai pas de mes yeux par Skype, il n’y aurait plus de réponse et de suite entre nous. L’appel vidéo n’est jamais venu…

Quand je repense à cette malheureuse histoire qui avait duré presque cinq mois, je me félicite d’avoir écouté ma petite voix intérieure. On ne sait jamais à qui nous avons affaire, mais si nous prenons la peine d’écouter ce que la vie nous lance comme message, il est plus facile de faire face à ce genre de situation par la suite. J’ai appris de cette aventure comme vous avez sûrement appris, vous aussi, si vous avez vécu une situation similaire par le passé.

La vigilance est le plus bel atout et c’est gratuit!

Catégories :Varia

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s