Te voilà parti pour toujours…

deuil-pere-mere-mort-parent_5455474

À l’âge de 12 ans, je perdais mon père emporté par une embolie cardiaque. Il n’avait que 39 ans. J’ai donc passé la majorité de ma vie sans lui, sans ses conseils, ses encouragements, sans apprendre de lui les trucs de la vie et sans profiter de son influence paternelle que tout jeune garçon de mon âge aurait bien aimé recevoir. Pourtant, malgré son passage rapide, il a quand même su m’inculquer quelques valeurs qui sont encore bien ancrées en moi.

J’ai eu beaucoup de peine lors de son décès. J’aurais aimé qu’il soit présent et qu’il soit fier de ce que je suis devenu et de ce j’ai pu réaliser. D’un autre côté, peut-être que tout ce que j’ai vécu suivant sa mort n’aurait jamais eu lieu. En fait, j’en suis convaincu. C’est peut-être grâce à son absence si j’ai pu réussir à être ce que je suis. Même s’il n’est plus physiquement avec moi, j’ai toujours ce souvenir (parfois flou) des moments riches et agréables souvenirs que j’ai pu passer à ses côté qui m’ont sûrement influencé dans mes décisions et mon cheminement.

Je suis une personne qui accepte la mort comme il accepte la vie. Les deux sont des passages obligés pour chacun de nous et c’est peut-être pour cette raison que j’ai tant de facilité à garder une certaine sérénité malgré la perte d’un être cher. C’est peut-être pour cette raison que j’ai le réflexe de m’inspirer davantage d’une personne disparue au lieu de pleurer longuement son absence, car il ne faut jamais oublier que ce qui parsèment nos vies sont des moments éphémères. Même son de cloche pour les rencontres que nous faisons. Alors pour moi, la disparition de quelqu’un n’est qu’une étape, une leçon à apprendre et une conclusion à tirer.

Des événements importants comme la perte d’un être cher ne doit en aucun cas nous faire oublier le bonheur d’avoir fait sa connaissance et d’avoir partagé des moments riches en sa compagnie, car c’est la meilleure façon de rendre hommage à la personne qu’on aime pour toujours, même lorsqu’il n’est plus possible de lui prendre la main,  d’entendre sa voix ni de croiser son regard.

Mon père, c’est un peu tout ça. C’est un pur bonheur de l’avoir connu même si son départ fut prématuré. À 45 ans, je me permets encore de lui rendre hommage à travers l’éducation que j’apporte à mes enfants et à la philosophie que j’adopte dans mon quotidien. Même s’il est parti pour toujours, rien ne m’empêchera de lui rendre hommage jusqu’à mon dernier souffle.

 

Un commentaire sur « Te voilà parti pour toujours… »

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s