Quand l’envie de fonder une famille se pointe à l’horizon…

Divergeance

C’était en 2004. Ça faisait trois ans que j’étais avec ma copine de l’époque. Nous vivions sous le même toit et nous étions fous l’un pour l’autre. Je venais de terminer ma formation en ébénisterie après avoir foutu en l’air une possible carrière en investigation pour une grande banque. J’étais à la recherche d’un stage pour débuter ma nouvelle carrière et cette dernière étape de ma formation tombait à point, puisque les derniers mois furent assez difficiles financièrement. Laisser un emploi assez bien rémunéré pour retourner sur un banc d’école était une décision audacieuse qui ne venait pas sans conséquences. Nous avions dû vivre avec un seul salaire et disons que les fins de mois étaient parfois assez pénibles. J’avais 32 ans. Elle en avait 28.

Puis, par un beau jour d’été, juste avant l’heure du souper, ma copine me fait part de son désir de fonder une famille.

Nous n’en avions jamais discuté auparavant parce que nous avions envie de vivre pleinement de notre vie de couple avec toute la liberté que nous avions à notre portée. Je savais que le sujet devait être abordé un jour ou l’autre. Moi-même j’avais déjà réfléchi à l’éventualité d’en avoir ou non, mais ma réflexion n’était pas encore arrivé à terme. Nous en avions donc discuter, à savoir s’il était possible de fonder une famille comme elle le souhaitait. Je le voyais dans ses yeux qu’elle rêvais de devenir maman et qu’elle ne voulais pas, à aucun prix, passer à côté de la maternité. je savais que son horloge biologique lui pesait de plus en plus sur les épaules et qu’elle avait besoin de valider avec moi si j’étais prêt à être le père de ses enfants. La question ne se posais même pas dans ma tête. Je le désirais autant qu’elle, mais quelque chose m’empêchait de dire oui sans hésitation.

Je n’étais pas contre l’idée de fonder une famille. Ma copine représentait tout pour moi et je savais qu’elle était la femme parfaite pour remplir le rôle de maman. Le seul bémol au projet était que, personnellement, je ne me voyais pas être père sans avoir une sécurité d’emploi pour subvenir aux besoins financiers qui découleraient de cette décision. Je n’avais pas envie que notre famille soit en difficulté financière, parce que nous savons tous qu’avoir des enfants peut impliquer un stress supplémentaire qui mérite d’être pris en considération avant d’enclencher le processus. Mo ancien emploi m’aurait permis d’aller de l’avant, mais la stabilité d’horaire n’était simplement pas au rendez-vous. J’avais tenté d’expliquer le tout à ma copine, que c’était hors de question pour moi d’avoir des enfants sans avoir une stabilité d’emploi et une sécurité financière, mais que je ne fermais pas la porte à une éventuelle possibilité de fonder une famille ensemble. Notre famille.

Au terme de la discussion, nous étions devant l’impasse. Je sentais de son côté l’urgence de réaliser son rêve et du mien, l’incapacité à exhausser son vœu le plus cher à cause de mon instabilité professionnelle. Pour la première en trois ans, nous avions un litige assez important qui pouvait mettre en péril notre couple.

Il faut croire que parfois, la vie fait bien les choses. Quelques semaines plus tard, j’étais embauché dans une multinationale qui me garantissait une stabilité d’emploi et un salaire qui pouvait supporter notre démarche. En l’espace de quelques mois seulement, tout s’était mis à débouler; l’achat de notre première voiture, l’arrivée de notre premier enfant, l’achat de notre première maison et l’arrivée de notre deuxième enfant… Tout s’était si vite passé. En fait, tout allait si rapidement que notre couple fut abandonné en chemin. Malgré tout, nous continuons de les aimer comme nous l’avions imaginé aux premiers jours.

Ainsi va la vie.

Un commentaire sur « Quand l’envie de fonder une famille se pointe à l’horizon… »

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s