Histoire de gars (deuxième partie): La boule dans la gorge.

 

ChZeTRpXEAU-oef

Nous étions là, un en face de l’autre, à remplir le silence qui venait de s’installer confortablement entre nous, un verre de scotch à la main. Moi, je terminais de couper les légumes et elle venait de mettre la viande au four en réalisant que (peut-être) son plan n’était en fin de compte qu’une mauvaise idée. Elle s’attendait à ce que l’on en discute une fois que les enfants seraient couchés mais moi, j’avais déjà d’autres plans. Le souper fut bref en mots, tout comme le reste de la soirée.

Le lendemain, je savais qu’Anne avait des retrouvailles avec ses anciens amis du secondaire mais ne tenait pas à y aller. J’avais réussi à la convaincre qu’elle devait y être et que de toute façon, rien ne pressait de se parler parce que le mal était déjà fait et que nous pourrions en discuter le lendemain soir.

Une chose que j’ai appris dans ma vie est que le silence peut devenir une arme redoutable et que trop peu de gens en fait bon usage. Car un silence dans un dialogue peut forcer l’autre à réfléchir à la fois sur ses actes et/ou sur ce qu’il vient de dire. Moi, je tenais à ce que le silence dure deux jours afin qu’elle puisse mettre en perspective tout ce qui venait de partir en fumée.

Une fois sur le canapé, elle m’avoua d’entrée de jeu qu’elle m’aimais encore, énoncé que j’avais rejeté du revers de la main. Car pour moi, lorsqu’on aime réellement quelqu’un, on ne fait pas l’impensable pour le perdre. Peut-être qu’elle voulait me passer un message, qu’elle voulait sonner l’alarme et qu’elle souhaite que l’on travaille tous les deux sur nous, dans l’espoir de reprendre là où nous avions failli à notre tâche. Peut-être. Mais reste que le lien de confiance est bel et bien brisé. J’ai toujours été un homme qui tiens à avoir la conscience tranquille au lever. Il en va de même pour le coucher. Je n’ai pas besoin d’être angoissé chaque fois que ma conjointe va sur le web, sur les réseaux sociaux où lorsqu’elle quitte pour une soirée organisée. Ça n’a jamais été mon code de vie et ça ne le sera jamais.

Je reconnais que nous sommes tous humains et que l’erreur de jugement peut faire partie de nos gènes. Si elle avait seulement eu une histoire sans lendemain, j’aurais peut-être passer l’éponge. Mais me tromper de façon répétitive? Ce n’était plus une erreur de jugement mais bien un geste prémédité, de pleine conscience qui venait avec certaines responsabilité et une grande part de culpabilité.

Quand je lui ai annoncé que notre histoire était terminée, moi aussi je renonçais à une longue relation. J’avais une boule dans la gorge qui ne cessait de grossir au point de m’empêcher de dire quoi que ce soit. j’avais l’impression que nos années de vie communes fuyaient la maison par tous les moyens. C’était la fin d’un projet de vie familiale, la fin pour mes enfants de vivre avec leurs parents sous le même toit et la fin de mon statut de père à temps plein. C’est fou à que point une phrase peu conclure un si grand nombre de choses… Ça demande énormément de courage que de mettre son pied à terre et de prendre action. Mais cette action permet à la fois de fermer un nouveau chapitre de notre vie et d’en commencer un nouveau. Dire que c’était terminé était aussi un moyen de me dire que j’avais le droit à une autre chance et que je méritais.

Notre histoire fut un échec, certes. mais ma nouvelle vie était aussi un nouveau défi, une sorte de renaissance que l’on doit s’accorder quand elle reçoit un bon coup dans l’estomac. Cette soirée-là, je devenais un nouvel homme, rempli d’un amalgame d’émotions en sachant très bien que le deuil m’attendait au pied de la porte et que les prochains mois allaient être difficiles et douloureux.

En quittant le canapé, je devenais un homme qui avait grandement besoin de se changer les idées…

 

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s