Le contexte du célibat et des relations a bien changé au cours des dernières années…

wall_1389014688_love-on-a-french-scrabble

Je trouve qu’aujourd’hui on se questionne énormément sur la croyance de l’amour. Est-ce encore possible d’aimer en 2017? Est-ce encore possible de connaître une relation stable, avec LA personne que l’on désire avoir dans notre vie?

Dans mon livre « Regard Masculin sur le Célibat et les Relations », j’avais publié un texte dans lequel j’exprimais mes inquiétudes face à ce qu’une grande majorité d’entre nous vivons comme contexte. La réalité des familles monoparentales et l’isolement de chacun à cause des technologies qui envahissent notre quotidien compliquent certainement les choses, mais je crois qu’il y a quand même moyen de trouver un juste milieu.

J’aimerais vous partager un passage de ce texte, question de mieux comprendre mon point de vue à ce sujet.

…Il me semble que vivre une histoire d’amour à mon âge est devenu complexe, voire même stratégique (et je me sens poche de dire ça, croyez-moi !) parce que je veux offrir le meilleur pour mes enfants et que je ne voudrais pas manquer mon coup. Mais ça, personne ne peut le savoir sans faire le premier pas et aller de l’avant. Suis-je en train de me plaindre de ma situation ? Vraiment pas ! L’amour que je reçois de la part de mes enfants vaut tout l’or du monde et je n’échangerais rien de ce que j’ai actuellement. Mais je dois avouer qu’aimer semble devenir une question de gestion, d’organisation, de prévoyance et d’espérance. Et je sais que plus j’avancerai en âge, plus grand sera le défi. C’est presque dommage, car l’amour a quelque chose de beau et de vrai. Je ne peux pas m’empêcher d’aimer quelqu’un malgré tout. Je dois juste y mettre un frein à l’occasion à cause de la distance, du contexte de chacun, du cheminement amoureux de l’un par rapport à l’autre, etc. Ouf… Il n’y a pas à dire, l’amour a ce petit quelque chose qui nous force parfois à se passer de la soie dentaire entre les dents !

Voir un ami « privilège », connaître l’amour libre et des relations « d’appoint » … Tous ces termes ont quelque chose en commun : ils représentent peut-être le refus à l’engagement, à l’implication affective et au devoir conjugal.

C’est l’amour nouveau genre (bien que cette formule existe depuis des lunes !) qui s’est raffiné avec le temps et qui tend à gagner en popularité dans le merveilleux monde du célibat. Cependant, il existe d’irrésistibles amoureux pour qui l’union sentimentale ne peut se faire sans compromis. Peut-on les blâmer ? Non, absolument pas. Avec la routine que notre environnement social connaît de nos jours, l’envie de vivre sa propre vie pour un célibataire devient fondamental et peut comporter son lot d’inconvénients, dont celui de ne pas pouvoir terminer chaque journée dans les bras d’un(e) autre.

Il faut se rendre à l’évidence que le statut de célibataire a pris du galon au fil des dernières années. Il m’apparait normal de connaître (et de reconnaître) l’émergence des relations libres. Est-ce une bonne chose dans la réalité actuelle ? Sans le moindre doute. Ce type de relation permet non seulement aux orphelins de l’amour de profiter à la fois de leur statut d’hommes et de femmes libres, mais aussi à combler certains besoins comme le sexe, pour ne nommer que celui-ci. Car le sexe en soi n’engage à rien.

En fait, ce que je viens d’écrire est totalement faux. À mon humble avis, le sexe sans engagement devrait demander autant d’implication qu’une relation amoureuse proprement dite mais à plus petite échelle. Même s’il n’y a pas autant d’implications affectives et d’engagement à long terme, on doit quand même s’assurer que le moment passé au lit (ou à la salle de bain et dans la cuisine, à votre convenance !) soit un moment de qualité. Que le plaisir de l’autre soit aussi important que le nôtre. Pour que l’envie de revivre ce même plaisir avec la même personne puisse se répéter. Sinon, nous aurions affaire qu’à une simple histoire d’un soir qui, on le sait bien, donne rarement l’occasion de connaître une suite.

Le web, les téléphones intelligents et leurs applications n’aident sûrement pas à la cause quoiqu’il peut contribuer au bonheur de certains. Mais la masse, elle, se demande encore  comment elle peut trouver chaussure à son pied dans cette jungle que la société est devenue aujourd’hui.

C’est agréable d’aimer. C’est aussi agréable de l’être. Mais le monde de Disney n’existe pas et chacun doit faire sa propre histoire en espérant qu’elle convienne sur le plus grand nombre de facettes possibles.

 

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s